Vous êtes ici :   Accueil » Histoire
 
EN UN CLIC
Nous contacter - Saint-Rogatien Plan de la commune - Saint-Rogatien
Nous contacter Plan de la commune
Publications - Saint-Rogatien Restauration scolaire - Saint-Rogatien
Publications Restauration scolaire
Numéros utiles - Saint-Rogatien Diaporama - Saint-Rogatien
Numéros utiles Diaporama

L’histoire de SAINT-ROGATIEN, situé dans la banlieue de LA ROCHELLE, ne se démarque pas de celle de la capitale de l’Aunis. En décembre 1573, le Rogatien Jacques du Lion, seigneur du Grand Fief, est massacré dans l’Eglise par les hommes du maire de LA ROCHELLE, car il est soupçonné de conspiration contre le parti protestant. En 1793, SAINT-ROGATIEN est dénommé « la commune de l’Egalité ». 
Vers 1850, le couvent des religieuses du Sacré-Cœur de Jésus dirige une école de jeunes filles. Il disparaît en 1905 lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Dans les mêmes années, une distillerie artisanale de betterave, la deuxième sucrerie aunisienne, est fondée à SAINT-ROGATIEN. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les troupes allemandes occupent le village qui se trouve dans la poche de LA ROCHELLE Dans l’après guerre, la commune compte 25 exploitations agricoles, de nos jours une seule. En 1970, le premier lotissement est construit, d’autres vont suivre, la proximité de LA ROCHELLE étant attractive.


 

Église Saint-Rogatien-Saint-Donatien
 

église de saint rogatien

Cette église dédiée à deux martyrs nantais, partiellement détruite lors des guerres de  Religion, conserve son portail roman et une niche gothique trilobée. Le chœur est  reconstruit en grande partie à la fin du Moyen Age. Une mesure dîmière du XVe ou  XVIe siècle, en granit, est utilisée comme bénitier. 
En 1871, la façade est surmontée d’un campanile où une nouvelle cloche est installée.  En 1884, un projet de restauration est ébauché, qui n’aboutit pas. En 1987, la façade  est restaurée, la partie ouest affaiblie par les intempéries consolidée.

La maison située 1 Rue du Centre était celle du curé de l'église. La niche de la vierge Marie, bien que bouchée, reste cependant très visible au-dessus de la porte donnant sur la cour de cette maison. Cette dernière a d'ailleurs sa pierre de soutènement taillée en léger arrondi (et non pas carré) pour s'harmoniser avec la niche de la vierge située juste au-dessus.

XIIe siècle, fin du Moyen Age et XIX siècle calcaire


                                                

Maison Massiou


Cette maison, tient probablement son nom de son propriétaire du XIXe siècle.
Le peintre rochelais William BOUGUEREAU (1825 -1905) y séjourne à plusieurs reprises. Il est photographié au début du XXe siècle assis devant cette maison en compagnie de sa femme, d’origine américaine, d’une amie et du propriétaire des lieux.

Sur le jardin entourant la Maison Principale qui abrite des salles Associatives, ont été implantés 8 logements sociaux pour personnes âgées. L’ensemble immobilier est dénommé « Résidence Massiou ».

Maison Massiou
 XIXe siècle Rue des Charbonniers

                                                                                                                         

.

Casse Mortier

La Maison aux volets verts de CASSE-MORTIER était un Relais de Poste.
En 1477 sous l’impulsion de Louis XI furent créés les relais de poste. Les relais de poste vont se transformer petit à petit, en écurie, pour permettre la poursuite de l’acheminement du courrier avec des chevaux frais, en auberge pour la restauration du personnel des Postes et des voyageurs et en gîte pour leur hébergement.
Concurrencés par le chemin de fer, les relais de poste ferment officiellement en France en 1870 sous le règne de Napoléon III.
Après la fermeture du Relais de Poste le domaine a été utilisé en ferme. A partir de 1961, les dépendances de la ferme ont été occupées par un Centre Aéré jusqu’en 1980.
Depuis, trois logements ont été aménagés dans les bâtiments d’habitation.   

Sentier de découverte "Entre bourg et campagne"

Sentier découverte

L'histoire des écoles

A SAINT-ROGATIEN nous avons eu des écoles publiques et privées sur quatre lieux différents. Mais les connaissez-vous ? Et savez-vous ce que ces écoles sont devenues ? Mais d'abord un peu d'histoire.

En FRANCE, en 1793, Louis Joseph CHARLIER prendra les premières initiatives pour que les enfants aillent à l'école.

Puis après la révolution de 1848, l'instruction devient obligatoire, laïque et gratuite. Elle est instituée par la loi du 28-03-1882 dite loi Ferry.

L'éducation est obligatoire dès l'âge de 6 ans révolus et ce jusqu'à 13 ans révolus puis est passé à 14 ans par l'ordonnance du 6 janvier 1959 signée par le général de GAULLE.

Jusqu'en 1905, l’'école séparera les garçons et les filles dans de très grandes villes ou communes mais sera mixte dans les campagnes ou les effectifs étaient moins nombreux.

Jusqu'au 28 juin 1833 les enfants de SAINT-ROGATIEN allaient à l'école de LA JARNE puis à l'école de PERIGNY jusqu'au 22 décembre 1849. Mais au cours de cette année-là, une décision du conseil municipal décidera de l'achat de la maison de M. DELORME. Elle deviendra  la mairie officielle que nous connaissons aujourd'hui et dans sa cour intérieure ouvrira la première classe de notre village.

Rue du Couvent se trouvait l'école du Sacré Cœur de Jésus de 1853 à 1905. Elle recevait exclusivement les jeunes filles. Elles dormaient là pour quelques une d'entre elles les autres rentraient chez elles chaque soir.

Elles apprenaient en plus de la lecture et de l'écriture, la cuisine et la couture afin de devenir de bonnes épouses et de bonnes mères.

En 1905, les religieuses partirent sauf 2 qui préférèrent rester au village.

Elles habitèrent au N° 3 rue du couvent, la dernière sœur est enterrée ici dans le cimetière et sa sépulture fut payée par les habitants de la commune.

Dans la salle du conseil municipal située à la mairie se trouvait la classe des garçons avec sa petite cour qui existe encore telle qu'elle est de nos jours. Elle a été à maintes reprises fermée et ré-ouverte en fonction des rentrées ou simplement en attendant la fin des constructions dans le groupe scolaire actuel.

Au lendemain de la guerre, la FRANCE connaît une natalité galopante et notre village n'échappe pas à la règle : les familles nombreuses y emménagent. Recourir à une classe de substitution est vite nécessaire. Elle trouvera refuge dans la bâtisse tout en longueur située à l'angle de la rue de La Rochelle et de l'impasse de la Forge qui fut autrefois le café PENISSON (début du siècle dernier).

La rue de la Forge sera le théâtre des cours de récréation. Les voitures, rares à l'époque, roulaient dans la rue et les élèves devaient faire très attention pour ne pas avoir d'accidents. Les toilettes de l'école au début 1950 étaient installés dans une maison en face. Plus tard, les enfants iront en récréation dans les locaux situés à la mairie.

Chaque fin d'année scolaire était marquée par la fête des prix. Les élèves recevaient des mains de leurs instituteurs ou institutrices et de Monsieur le Maire un livre avec un prix décerné : prix d'honneur, prix de maintien ou autres. Les festivités étaient jouées par les élèves. Ils étaient déguisés dans des costumes conçus et réalisés par leurs mères, qui pour cette occasion unique s'y prenaient parfois 3 à 4 mois à l'avance. Ils apprenaient des scènes de théâtre aux longues tirades. Cela se déroulait dans l'ancienne salle municipale rue du Four jusqu'en 1969. Bien avant cela, la fête des prix avait lieu au "Liseron bleu". Et là Oh merveille, les élèves avaient droit au "blanc limé" blanc limonade car le jus de fruit n'existait pas encore. Puis de 1970 à nos jours, au groupe scolaire dans la cour de récréation. De très nombreux stands étaient installés sur les abords des pelouses : buvette, crêperie, chamboule tout etc... Il y avait plus de monde que le village comptait d'habitants. Cette fête se déroulait le dernier dimanche de juin. Elle signifiait pour les enseignants comme pour les élèves l'arrivée du parfum délicieux des vacances.

Début 1960, le conseil municipal décide de construire un groupe scolaire. Il sera inauguré en 1962 avec la création de 2 classes et d'un préau.

Les premiers enseignants du groupe scolaire sont M & Mme FABIEN. L'inauguration du groupe scolaire a été célébrée par M. Luc LALANDE Secrétaire Général du Préfet, M. André DULIN Président du Conseil Général et M. Josy MOINET Maire à cette époque.

En 1971, une troisième classe voit le jour puis ce sera au tour des classes de maternelles de rejoindre le groupe scolaire.

En 1982 la cantine sera construite.

Au travers des différentes réformes de l'éducation nationale les rythmes et les temps scolaires ont évolués. Par le passé, les enfants étaient présents à l'école du lundi au samedi avec le jeudi libre. De nos jours, les enfants sont accueillis du lundi au vendredi avec le mercredi après-midi libre. La dernière réforme a été la mise en place d'activités péri-éducative (APE) gérées par les communes. Les APE permettent aux enfants une ouverture sur le monde.



...

PERMANENCES MUTUALIA

Tous les jeudis de 9h à 12h 
à la mairie jusqu'au 26 octobre
Penser à prendre vos documents de mutuelle

Inscriptions Périscolaire

N'oubliez pas de nous retourner les inscriptions
pour la rentrée 2017/2018
document ici


 

Nouveautés du site
(depuis 30 jours)
Articles
30/08/2017 : - Calendrier
Articles
30/08/2017 : - Calendrier

MAIRIE DE SAINT-ROGATIEN

Place de la Mairie
17220 Saint Rogatien

Tél. 05 46 56 60 77
Fax : 05 46 56 69 04

Nous contacter

HORAIRES D'OUVERTURE

Lu au Je : 9h - 12h30 et 13h30 - 18h 
Ve : 9h - 12h30 et 13h30 - 17h

FERME LE MARDI APRES-MIDI

Nous localiser

Préfecture de la Charente-Maritime Région Nouvelle Aquitaine Conseil Départemental de la Charente-Maritime Communauté d'Agglomération de La Rochelle

Mentions légales | Accessibilité